NATYOT

D.I.R.E

Auteur : NATYOT

Il y a des mots dans lesquels on voudrait donner des coups de pied pour qu’ils avancent, se projettent, sortent de la bouche comme un vomi de pierres. C’est vrai, certains mots sont des pierres, des mots pierres trop lourds pour remonter à la surface, grimper sur la langue, se hisser, et sortir une bonne fois pour toutes. C’est là qu’on voudrait leur donner des coups de pied, pour les aider à jaillir, les libérer de leur poids. Comme ça les mots pierres tomberaient sur la table, ou par terre ou dans ta gueule, on les regarderait comme des cailloux qu’ils sont, et on n’en parlerait plus.

Nombre de pages : 54p
Format : 14 x 21 cm sur papier ivoire 120 g

avec un CD parce que Natyot dit ses textes sur des musiques de Denis Cassan

10,00

Description

Extrait

NUIT

Comment on fait pour qu’elle s’arrête cette ritournelle de la nuit ?
Parce que là, la tête va partir en arrière, elle va tomber et se casser comme une assiette sur le carrelage. Avec le bruit patatras.
J’appelle au secours pour ma tête.
Au secours.
En attendant une réponse, je vais dehors la nuit voir les petits points qui brillent. Les petits points qui brillent vraiment beaucoup j’aime. Et s’ils clignotent alors c’est encore mieux, mais peut être c’est la violence.
Toujours il se passe quelque chose de violent la nuit. Même si on n’y assiste pas, on sait que dans la rue d’à côté, dans notre dos, ou bien plus loin dans la forêt, ça frappe quelque part, ça gicle. Les petits points qui brillent c’est des couteaux des fois.
Ca gicle beaucoup plus la nuit que le jour. La nuit, on cache cache, on dans les coins sombres, on derrière les arbres, partout avec l’envie de tuer. La nuit couvre. Cache cache la nuit. Crache.

Je reste assise dans nuit longtemps, jusqu’à jour, jusqu’à ce qu’on ne voit plus les petits points qui brillent. Je rentre, fatiguée à fond, je dis je ne le ferai plus c’est trop fatiguant de rester à regarder la nuit avec la violence dans le dos tout ça parce que la ritournelle ne s’arrête pas. Mais c’est juste la fatigue à fond qui fait dire ça. Je ne le ferai pas d’arrêter. Je pense déjà à la prochaine fois, alors tu vois bien que c’est la fatigue.