GENDARME Michel

Ceux qui ne connaissent pas le corps des autres

Auteur : GENDARME Michel

Ce recueil de poèmes présente en couverture des compositions de Salomé Laloux-Bard (Éléments de scénographie pour la pièce Les tribulations d’Odile, de Michel Gendarme, au TNO, Paris 2008, dans une mise en scène de Pôl White.)

Il est accompagné du CD comportant l’enregistrement effectué lors des deux présentations publiques de la lecture mise en espace au Paradis (galerie verbale) de Périgueux en novembre 2009. Avec : David Chiesa, contrebasse et, lecteurs, Flore Audebeau, Juliette Lasserre-Mistaudy, Michel Gendarme.

ISBN : 978-2-35082-360-7
Nombre de pages : 104p + 1 CD
Format : 13 x 21 cm

12,00

Description

Extraits :

Ceux qui ne connaissent pas le corps des autres sont d’un monde sans issue

Ceux qui ne connaissent pas le corps des autres sont au secret

Ceux qui ne connaissent pas le corps des autres

Se transpercent d’arbres et de velours

Se transpercent d’arbres :

Ce sont d’immenses tableaux couverts d’or de bleus et de verts il y a des arbres partout comme les artères d’une ville une fulgurance de veinules traverse la matière s’amusent du vent qui les attouchent extrémités d’arbres les plus saines ou vieilles mais si fines qu’elles singent la jeunesse il en est toujours ainsi quand on les regarde vers le haut elles aspirent le réel et penchent le réel et boivent des liquides d’autres temps les saisons importent peu ce sont des arbres magiques des arbres de la paix ils n’ont pas fait le choix ils sont nés arbres de la paix par les petites mains qui les ont semés aux dates anniversaires les dates espoir espérance de voir d’entendre un jour autre chose autre chose de l’or partout et du bleu et du vert ce sont des flaques de couleur qui chatouillent d’une cime à l’autre et glissent molles sur la toile à droite à gauche selon comment les fines mains penchent la matière à destin une feuille d’or ramifiée traversée de bleus et verts ce sont les arbres qu’ils se donnent qui les transpercent et les atteignent au cœur aux poumons pour ne plus respirer que de la couleur de la joie un sentiment de joie

…/…

Se transpercent de velours :

Voilà c’est doux
Ils voudraient se croire arrivés dans la douceur
Se donnent du chapeau chaud lourd que la tête écrase ses inquiétudes ses serrements de matière ce n’est pas très beau la matière ça sent sûrement des effluves de doutes des nuages de croûtes ça s’arrache si ça pouvait saigner en plus quelle joie de vivre c’est chaud une panoplie avec la cape rouge et noire ça ne vous dit rien et l’épée et le fouet toujours pas et le chapeau et… et… un masque et… et… un cheval hé hé est arrivé comme dans du velours la belle prise femelle sur du velours Zorro la prend c’est toujours mieux que sur la table ça frotte moins aux encoignures mets-lui du velours elle te criera des mots d’amour
Ne regrettent jamais le velours c’est toujours la réussite
La remise du prix d’excellence

……………………………………………

Ceux qui ne connaissent pas le corps des autres
Boivent des liquides

Je bois des liquides
A 22h40 je commence
A 5h35 je m’arrête